Joel Emes

Senior Economist, Fraser Institute

Joel Emes is a Senior Economist at the Fraser Institute as well as President of Abacus Economics. He rejoined the Institute after a stint as a senior advisor to British Columbia’s provincial government. He previously served as a senior analyst, then as acting executive director, at the BC Progress Board. Prior to that, Joel was a senior research economist at the Fraser Institute where he initiated and led several flagship projects in the areas of tax freedom and government performance, spending, debt, and unfunded liabilities. Joel holds a B.A. and an M.A. in economics from  Simon Fraser University.

Recent Research by Joel Emes

— oct 24, 2020
Printer-friendly version
Bulletin des écoles secondaires du Québec 2020

Le Bulletin 2020 des écoles secondaires du Québec classe 473 écoles publiques, indépendantes, francophones et anglophones en s’appuyant dans une large mesure sur les résultats d’examens à l’échelle de la province en français, anglais, sciences et mathématiques. Le bulletin démontre que cette année, 44 écoles affichent une amélioration, pendant que 45 écoles subissent une baisse de rendement.

— sep 6, 2017
Printer-friendly version
Education Spending and Public Student Enrolment in Canada, 2017 Edition

Education Spending and Public Student Enrolment in Canada, 2017 trouve que les dépenses par étudiant des écoles publiques ont augmenté dans toutes les provinces pendant la dernière décennie (de 2004/05 à 2014/15), avec une croissance moyenne de 22,3 pourcent au niveau national (après ajustement pour l'inflation). En fait, les dépenses consacrées à l'éducation publique au Canada ont augmenté par plus de 17 milliards de dollars, malgré une baisse des effectifs scolaires de 3,0 pourcent pendant cette même période.

— juin 28, 2016
Printer-friendly version
La migration interprovinciale au Canada

La migration interprovinciale au Canada : Les Québécois votent avec leurs pieds examine les mouvements migratoires entre les provinces du Canada de 1971 jusqu’à 2015. L’étude met en lumière le Québec, qui a vu quitter près de 600,000 habitants depuis les années 1970.